Retour d’expériences d’un chef de service de protection de l’enfance

Avant son départ pour un autre poste, une autre aventure, nous avons demandé à notre collègue, chef d’un service de protection de l’enfance à L’Etape Jeunes, d’écrire quelques lignes sur son parcours avant, pendant et après L’Etape. Son impression du moment? « Je suis content de les quitter au moment où je les aime encore un peu ».

Peux-tu décrire les différents postes / durée/ secteurs que tu as occupés ?

Pour faire rapide, j’ai commencé à travailler avec des ados en 93, des jeunes de quartier. En 96 j’ai créé un atelier bois pour des jeunes sans abris et je travaillais auprès d’un public plutôt jeune toxicomane. Maraude dans un bus en soirée et nuit en binôme avec un infirmier : distribution de seringues et construction d’une relation autre que la drogue. A partir de 98 : protection de l’enfance foyer + AEMO (suivi des enfants à domicile). Un passage de 3 ans et demi en ITEP « Institut Thérapeutique Educatif et Pédagogique » auprès d’ados. Arrivé en mars 2015 à L’Etape sur une service de protection de l’enfance, le PHARE.

Bref, finalement, un parcours avec un public jeune et je pars aujourd’hui vers de nouvelles aventures : nouvelle fonction, nouveau projet, nouvelle association, nouveau public, nouvel élan. Content de les quitter au moment où je les aime encore un peu et j’ai encore des désirs, des envies pour eux.
Cadre depuis 10 ans : chef de service + directeur adjoint ITEP + chef de service Phare. Une décennie d’astreinte, c’est bien, ça s’est fait.

Pour mieux nous faire connaître les jeunes accueillis au PHARE, est-ce que tu peux nous dire de quoi ils ont besoin et ce que vous leur apportiez ?

Le service du Phare de L’Etape Jeunes accueille et accompagne des jeunes âgés de 15 et 21 ans dans 29 studios individuels à Nantes. Ces jeunes sont confiés par le Conseil Départemental (dans le cadre de la Protection de l’Enfance) ou par la Protection Judiciaire de la Jeunesse. 

Les jeunes ont besoin, au PHARE ou ailleurs, de pouvoir expérimenter un autre rapport aux adultes, au monde. S’appuyer sur des adultes rassurants, cadrants, contenants et sans oublier stimulants. Ils ont besoin d’être considérés dans leur réalité d’ados en souffrance et de retrouver une place légitimée dans leur histoire, de pouvoir s’appuyer sur un potentiel de créativité pour reconstruire le rapport à soi, à l’autre, à l’environnement, au monde. Il est important, pour les adultes qui les accompagnent, de créer de la diversité dans l’accompagnement afin de favoriser, dans des conditions de sécurité suffisantes, l’ouverture vers l’extérieur, pour contribuer à travailler avec eux la question d’un possible, d’un ailleurs…

Il faut leur permettre de montrer qu’ils peuvent changer, évoluer, leur montrer qu’ils sont capables, qu’ils ont des forces et des compétences sur lesquelles il faut s’appuyer

service protection de l'enfance, projet de jeunes

Tu as accueilli des stagiaires CAFERUIS, parfois des jeunes professionnels, qu’est-ce qui te paraissait important de transmettre de ton expérience ?

Pour l’accueil de stagiaires CAFERUIS (certificat d’aptitude aux fonctions d’encadrement et de responsable d’unité d’intervention sociale), j’ai essayé de transmettre déjà toutes ses valeurs que je viens de nommer, c’est à dire qu’un chef de service est d’abord un chef au service du public, des missions du service et des équipes. Avoir le souci de l’autre et permettre aux éducateurs d’exercer leurs taches, mais tout en s’accomplissant dans leurs tâches. Jamais de certitudes, mais laisser une place aux doutes, ce qui rappelle que nous ne sommes pas que des techniciens mais des humains.

L’autorité n’est pas naturelle et reposer le cadre, c’est rappeler ce que nous avons décidé ensemble. D’où tout l’intérêt de donner du sens au travail que l’on doit mener pour que les travailleurs sociaux puissent comprendre les enjeux, se les approprier, et donc se mobiliser, s’engager.

On sait que tu aimais bien les citations… Pendant ton expérience de chef de service à L’Etape, quels ont été tes mantra ?

Quelques petites phrases que mes collègues ont entendues plusieurs fois et qui ont guidé la place que j’ai occupée et que j’ai choisi d’occuper :

  • Pas de passages à l’acte (dans une réponse éducative à poser) en réponse à des passages à l’acte.
  • On ne peut pas exclure un jeune pour les mêmes raisons qu’on l’a accueilli.
  • Dire non est un secondaire qu’il faut assumer avec courage mais il faut d’abord construire.
  • La plainte récurrente qui nous plonge dans le désespoir ou la tristesse doit laisser place à la joie de l’agir.
  • Pour tenir le cap, il faut avoir la main souple sur la barre et savoir épouser les flots de la mer, plutôt que de vouloir lui imposer la rectitude illusoire du CAP théorique.
  • Faire sans l’autre, c’est faire contre.
  • Aider n’est pas vouloir maitriser mais servir. Être du côté du doute, c’est être du côté de l’humain.

Le chef de service a un pouvoir de décision mais, il doit surtout prendre le pouvoir de donner du pouvoir aux travailleurs sociaux. Ainsi, ils pourront donner du pouvoir d’agir aux jeunes. Voilà, il doit y en avoir d’autres mais rapidement c’est ce qui me vient…

En mots de la fin…

Sinon, j’ai envie de dire que j’ai vécu une belle tranche de vie à L’Etape. Je salue et tire mon chapeau aux personnels en guise de respect et de reconnaissance.

Propos recueillis en avril 2021.

Autres actualités
L'Etape Jeunes Anjorrant Découvrez notre dernier né à L'Etape...
L'Etape Jeunes Anjorrant Travailler dans la petite enfance à...
L'Etape Jeunes Anjorrant "Il faut que j'MOOVE !"